Accueil > L'actualité immobilière à Toulouse > La Cité internationale des Chercheurs à Toulouse

La Cité internationale des Chercheurs à Toulouse

SOMMAIRE

Le projet de la Cité internationale des chercheurs à Toulouse verra le jour dans le quartier Saint-Michel, en plein centre-ville. Les travaux ont pris du retard à cause de la crise mondiale liée à la pandémie. En effet, le projet qui devait normalement être finalisé en 2021 sera finalement concrétisé en 2022. Le chantier avance progressivement et offre déjà un aperçu des futures constructions. La Cité internationale prendra la place de l’ancienne faculté des Sciences, juste à côté du Palais de justice. Elle regroupera plusieurs logements et services pour les doctorants et les chercheurs.

Une cité dédiée à la vie des chercheurs et des ingénieurs

Le quartier Saint-Michel : un quartier dynamique au cadre de vie agréable

Le quartier Saint-Michel regorge d’infrastructures assurant aux habitants une très bonne qualité de vie : commerces, transport, éducation, services, etc. Le paysage immobilier de ce coin de la ville est constitué en grande partie de résidences, de maisons individuelles avec jardin et de petits hôtels. Au centre du quartier, un magnifique parc ouvre ses portes aux locaux pour qu’ils puissent faire des balades en famille les dimanches après-midi. Très bien desservi, Saint-Michel dispose de bus et de VelôToulouse pour assurer le service tous les jours, en plus de la ligne B du métro, avec les stations Saint-Michel-Marcel-Langer et Palais de Justice. Le marché de l’immobilier neuf à Toulouse se porte actuellement très bien, de nombreux programmes y voient le jour de manière régulière.

Les établissements ne manquent pas à Saint Michel. Les parents pourront inscrire leurs enfants dans l’une des trois crèches du quartier, dans l’une des deux écoles primaires ou au lycée Marcelin Berthelot. Les étudiants ne sont pas non plus en manque, avec l’institut d’ingénieur de l’industrie de Midi-Pyrénées, situé au niveau du boulevard des Récollets. Des terrains et des salles de sport y sont aussi accessibles. La Polyclinique du Parc est installée rue des Bûchers, elle est parfaitement équipée pour que les médecins puissent offrir tout type de soins.

© Colibri Vision - Shutterstock

Un lieu d’exception en plein cœur de l’hypercentre

La Cité internationale des chercheurs à Toulouse sera un site d’hébergement universitaire à destination des ingénieurs, des chercheurs ainsi que des étudiants, notamment ceux qui viennent de l’étranger. Le terrain où elle sera construite est situé rue des Trentes Six Ponts. La cité pourra proposer 300 logements neufs, à seulement quelques minutes du Quai des Savoirs, des allées Jules Guesde et de l’ancienne prison Saint-Michel, qui est aujourd’hui en cours de réhabilitation pour devenir une Cité de la musique, avec un auditorium. Toulouse est la deuxième ville étudiante et de recherche de l’Hexagone, elle accueille des milliers de doctorants et de chercheurs tous les ans. Afin de répondre aux besoins en logement de toutes ces personnes, la ville a décidé de construire plus d’hébergements, c’est de là que le projet de la Cité international des Chercheurs est parti. Cette dernière sera aussi ouverte aux étudiants Erasmus ou aux apprentis qui subissent aussi une pénurie de logements étudiants dans la Ville Rose. Les loyers qui sont prévus pour ces nouveaux appartements devront être de 450 € par mois, environ.

Un projet implanté sur un site historique

La Cité internationale des chercheurs à Toulouse est un projet immobilier qui se présente comme un lieu de travail, d’accueil et de vie. Imaginée au début des années 2010, la cité sera construite sur un site historique de l’université de Toulouse et incorporera l’ancien laboratoire du professeur Paul Sabatier, construit en 1912. René-Marc Willemot, directeur du service immobilier-aménagement de l’université fédérale de Toulouse, a indiqué que ce sera le seul bâtiment que l’équipe conservera parmi les 10 bâtiments répartis sur l’hectare où sera aménagé le projet. Le bâtiment restant sera aménagé en espace de musée, et une soixantaine de logements sont prévus au cœur de cette portion sur site. Les phases de démolition ont déjà été engagées, après une longue attente concernant les validations du ministère et de France Domaines.

La plupart des 300 logements qui vont être construits seront des studios, des bureaux ouverts sur le quartier et des espaces de coworking pour les étudiants. Avec les programmes de démolition prévus dans cet espace dédié à la nouvelle cité, la rue Sainte-Catherine sera élargie afin d’y aménager un parvis. L’Université Fédérale a aussi demandé que l’ouverture de la Grande rue Saint-Michel soit conservée. Pour ce projet de grande envergure, maîtres d’œuvre, gestionnaires, investisseurs et promoteurs travaillent ensemble pour l’atteinte des objectifs dans les meilleurs délais.

Les principaux travaux qui vont être opérés sont donc :

  • la démolition de 9 bâtiments (sur les 10 érigés sur l’actuel site)
  • la construction d’hébergements, d’espaces publics et de locaux privés sur une surface totale de 12 000 m2
  • la construction de plusieurs équipements publics : élargissement de la rue Sainte-Catherine, espace de coworking, etc.
  • la construction d’un parking

Avant toute nouvelle construction, le site devra faire l’objet d’un désamiantage important ainsi que d’une dépollution générale. En ce qui concerne le financement du projet, il faut savoir que la partie publique qui sera accessible aux étudiants sera prise en charge par la Ville de Toulouse, le département et la Région, avec une enveloppe de 1,70 million d’euros. André-Marc Willemot explique que c’est l’État qui est propriétaire des deux tiers du site. Il a déjà effectué les étapes de mise en sécurité et de démolition pour un budget de 2,5 millions d’euros. Le tiers qui reste appartient à l’université Paul Sabatier. Du côté de la construction, il assure que la hauteur ne dépassera pas celle du bâtiment de l’INSEE qui est à proximité.

© SergiyN - Shutterstock

Toulouse : une cité européenne dédiée à la recherche scientifique

Toulouse fait aujourd’hui partie des villes qui ont accueilli l’ESOF (Euroscience Open Forum), le forum européen de la science comme Munich, Stockholm, Turin, Dublin, Manchester ou Copenhague avant lui. Pour rappel, cet événement est la plus grande rencontre interdisciplinaire sur la scène européenne qui est dédiée à l’innovation et à la science. Existant depuis 2004, l’ESOF a été organisé pour la première fois en France, en 2018, dans la Ville Rose. La ville qui accueille cet événement créé par l’association Euroscience se voit attribuer le titre de « Cité européenne de la science », ce qui convient très bien à Toulouse qui est, par ailleurs, connue pour ses nombreux laboratoires spécialisés dans la recherche scientifique, pour ne citer que IRIT, CNRS, CNES ou encore LAAS. La présence de ces sites a contribué à la mise en place de nombreux programmes immobilier neuf Toulouse.

La ville est riche d’une histoire académique depuis plusieurs années, elle possède un écosystème technique et scientifique remarquable, mais abrite aussi une des universités les plus anciennes de France, datant de 1229. De nombreux lieux de diffusion de connaissance y sont présents (Quai des Savoirs, Cité de l’Espace, Muséum…) pour alimenter la curiosité scientifique des habitants. Mise à part sa facette « scientifique », la ville se démarque aussi sur le plan international par son industrie aéronautique, spatiale et de recherche, répartis dans divers grands domaines, à l’instar des biotechs, des systèmes embarqués, de la santé ou encore des intelligences de système. Avec tous ces atouts, Toulouse attire et regroupe une communauté importante d’étudiants, d’ingénieurs et de chercheurs, ce qui contribue à la forte demande en logements.