Accueil > L'actualité immobilière à Toulouse > Projet urbain à Toulouse : que va devenir la caserne Vion ?

Projet urbain à Toulouse : que va devenir la caserne Vion ?

Les sapeurs-pompiers de la caserne historique de la rive gauche, « Vion », vont bientôt quitter les lieux. La Ville de Toulouse va prochainement lancer un appel à projets sur cet emplacement. On pourrait donc y voir dans les prochaines années : une salle de sport, un supermarché, des logements ou encore un lieu culturel.

Voici les détails de la réhabilitation de la caserne Vion, déjà considérée comme l’un des futurs grands programme immobilier neuf à Toulouse.

La caserne Vion va revenir à la Ville de Toulouse

©Google 2021

La caserne Vion a fait partie de l’histoire de la rive gauche pendant une cinquantaine d’années. Elle a accueilli des sapeurs-pompiers au bord des allées Charles-de-Fitte et a cumulé, jusqu’à aujourd’hui, un demi-siècle d’activités liées au secours et au service des Toulousains. L’annonce du départ des pompiers pour la périphérie toulousaine avait suscité de vives émotions auprès de nombreux habitants qui ont déclaré qu’il serait particulièrement difficile de tirer un trait sur autant d’années de souvenir.

Une architecture moderne remarquable

La caserne Vion a été rendue célèbre par son architecture originale. Le bâtiment avait été dessiné par Pierre Debeaux, un architecte toulousain inspiré par le mouvement moderne. Il a d’ailleurs reçu le label « monument remarquable du 20e siècle » de la part de la Drac (direction régionale des affaires culturelles) Occitanie et le prix Beshard pour cette réalisation. L’ensemble a été construit entre 1966 et 1972. Il s’agit d’un hall de béton s’étalant sur une surface de 800 m² et soutenu par quatre piliers. Son originalité provient des structures auto tendues et des plafonds en éventail de voûte.

Pour la construction de cet édifice, l’architecte s’est appuyé sur l’architecture antique. Il a, par ailleurs, fait référence à Vitruve. Cependant, on retrouve beaucoup d’inspiration provenant du mouvement moderne dans sa création, avec de vastes espaces libres et une densification verticale, selon les préceptes d’Athènes.

L’ensemble comprend des logements de cinq étages pour les officiers, l’administration, des logements sur 12 étages et le hangar garage au niveau des allées Charles-de-Fitte. La partie réservée à l’habitation est posée sur des pilotis qui supportent un plancher champignon. La caserne dispose aussi d’une piscine, de jardins, d’un gymnase et d'une tour de séchage et de manœuvre. Les pompiers pouvaient s’entraîner à l’escalade, mais aussi monter et descendre simultanément grâce à un double escalier hélicoïdal en encorbellement installé dans chaque palier de la tour pentagonale. Rappelons que le nom de la caserne a été choisi en hommage à un lieutenant des sapeurs-pompiers, Jacques Vion, qui est mort au feu en 1970 dans le Var. Une fois que la caserne Vion sera désaffectée, elle pourra être remise au propriétaire des lieux, qui n’est autre que la Ville de Toulouse.

Contactez-nous

Un expert du marché immobilier toulousain vous accompagne dans votre projet, de la recherche du bien jusqu’à l’entrée dans le logement. Bénéficiez d’un parcours personnalisé et unique.

Pourquoi la caserne Vion va-t-elle fermer ?

Les pompiers de la caserne Vion vont devoir quitter les lieux dans deux ans, en 2024. Sébastien Vergé, le directeur départemental du Sdis, a expliqué que la fermeture de la caserne permettra une nette amélioration de la couverture opérationnelle dans toute la métropole. Le maillage territorial sera complété par d’autres centres de secours.

Où vont aller les sapeurs-pompiers de la caserne Vion ?

Les pompiers de la caserne Vion vont être redéployés sur des centres d’intervention au sein du territoire de la métropole, certains à Toulouse, et d’autres dans les communes voisines. Dans ce sens, une réorganisation est en ce moment en cours au service départemental d’incendie et de secours (Sdis 31). Selon les déclarations officielles, deux nouveaux centres vont bientôt voir le jour, l’un au sud de Toulouse, dans la zone du Chapitre et l’autre à l’est, à Toulouse-Atlanta, au bord du périphérique. Le redéploiement de la caserne Vion est au cœur des discussions depuis plusieurs années. Le départ des 138 sapeurs-pompiers était, au départ, prévu pour septembre 2022. Cependant, pendant les travaux prévus à la caserne Lougnon, la caserne devrait accueillir provisoirement les pompiers du port Saint-Sauveur.

Que va devenir la caserne Vion dans les prochaines années ?

Après le départ du service départemental d’incendie et de secours et la restitution de la caserne à la Ville, que va devenir la caserne Vion ? Le propriétaire, la Ville de Toulouse, a récemment déclaré que l’accueil de la police municipale sur les lieux n’est pas envisageable. En effet, grâce à un potentiel très intéressant, formé d’un gymnase, de jardins, d’une piscine et de logements, il serait dommage de ne pas l’exploiter pour le bien de la communauté. L’adjoint au maire de Toulouse chargé du patrimoine immobilier, Sacha Briand, a expliqué que la caserne Vion se trouve dans le périmètre du plan de prévention des risques naturels prévisibles liés aux inondations (PPRI) qui interdit l’accueil de services liés au secours, dont la police municipale.

L’élu souligne également que l’ensemble de la construction ne peut être réutilisé pour une autre fonction publique. Selon lui, le gymnase et la piscine sont trop petits, la zone technique est inutilisable et les normes ne sont plus conformes à la législation actuelle, ce qui rend impossible sa transformation en lieu public. De plus, à cause du manque de luminosité, on ne pourra pas non plus y aménager des bureaux. Rappelons également que le site dispose du label « monument remarquable ». Cela signifie qu’il y est interdit d’apporter des transformations à grande échelle.

Lancement d’un appel à projets

Sacha Briand avait annoncé le lancement d’un appel à projets auprès d’opérateurs, en plus des bailleurs sociaux pour les logements. L’élu évoque également la possibilité d’aménagement d’une salle de sport ou d’une moyenne surface commerciale. Ces modifications s’accompagneront de logements, sociaux pour la plupart, dont manque cruellement le centre-ville. Certaines personnes souhaiteraient aussi voir sur le site un lieu culturel, comme un site d’exposition ou une salle de concert. À terme, la caserne Vion devrait être mise en vente aux apporteurs de projets que la Ville choisira prochainement.

De nouveaux centres de secours en construction

Comme nous l’avons souligné un peu plus tôt, de nouveaux centres de secours vont être bientôt construits. Celui d’Atlanta, qui accueillera les pompiers de Haute-Garonne, prendra place au 24 chemin de Gramont. Selon les prévisions, la caserne pourrait être livrée dès le mois d’avril prochain. Les travaux ont débuté en février. Les premières phases ont concerné les réseaux divers et la voirie, avec les étapes de terrassements et d’aménagement des réseaux humides pour récupérer l’eau de pluie. Concernant les gros œuvres, les travaux étaient centrés sur le plancher bas du sous-sol et les fondations. La conception et la réalisation de cette caserne ont été confiées à Arc & Fact.

Non loin de la caserne d’Atlanta, le futur Techno Centre de Toulouse Métropole s’élèvera sur le site de l’ancien Bike Park. Il occupera une surface impressionnante où s’érigera un bâtiment de 9 étages, accueillant six délégations de la collectivité publique sur 21 000 m². En tout, quatre casernes vont être construites. D’ici la fin de l’année, deux casernes devraient voir le jour, celle du Chapitre, à l’angle des Boulevards Thibault et Eisenhower, et celle du quartier de Minimes, au niveau de l’impasse Suzanne-Lenglen. Une autre caserne est aussi en réalisation au nord-ouest de Toulouse, à Aussonne, non loin du Parc des Expositions. La réorganisation des casernes nécessitera une enveloppe de 25 millions d’euros.

Contactez-nous

Un expert du marché immobilier toulousain vous accompagne dans votre projet, de la recherche du bien jusqu’à l’entrée dans le logement. Bénéficiez d’un parcours personnalisé et unique.