Accueil > L'actualité immobilière à Toulouse > Transports publics à Toulouse

Toulouse, nommée capitale nationale des transports publics

©EQRoy - Shuttertsock

Toulouse a été nommée « capitale nationale » des transports publics le temps du congrès programmé entre le mardi 28 et le jeudi 30 septembre. En effet, les Rencontres nationales dans le secteur du transport public ont réuni chercheurs, élus et industriels pour discuter des innovations à adopter dans les années à venir. Ce salon avait également pour objectif de tisser une relation solide entre les collectivités et les entreprises. Cet événement aura certainement un impact sur différents plans, notamment sur celui du marché des programmes immobiliers neufs à Toulouse. Gros plan sur les Rencontres nationales du transport public.

Un ordre du jour orienté vers l’innovation

De nombreux professionnels issus de la mobilité et du transport public dans l’Hexagone se sont donné rendez-vous à Aussonne. La Ville Rose fait malheureusement partie des villes les plus embouteillées de France, il ne se passe pas une journée sans que les automobilistes ne subissent « l’enfer des bouchons ». Toutefois, il est bon de rappeler que la métropole est ce que l’on pourrait appeler un laboratoire de la mobilité. Lors de ces Rencontres nationales du transport public à Toulouse, les organisateurs ont attendu un peu plus de 6 000 participants, dont des membres du gouvernement, à l’instar du ministre délégué chargé des Transports, Jean-Baptiste Djebbari.

Les dernières innovations à l’honneur

Les exposants sont venus présenter fièrement les dernières innovations disponibles dans le monde du transport. Les véhicules propres ont pris les devants de la scène lors de cet événement. Les exposants ont pu découvrir des bus fonctionnant au gaz naturel, des bus électriques ainsi que des bus à hydrogène. Ces derniers ont été conçus par l’entreprise Safra. En ce qui concerne les services « modernes », des systèmes d’information de voyageur en temps réel, des solutions de billetterie dématérialisée ainsi que divers services d’aide à l’exploitation ont été présentés.

Un espace prévu pour les « mobilités »

Les questions de mobilités ont été au cœur des discussions et des débats lors de ce congrès sur le transport public à Toulouse. Un espace a été spécialement dédié par les organisateurs sur ce sujet. Ainsi, diverses solutions ont été présentées : les vélos en free-floating, les trottinettes en libre-service, les triporteurs à hydrogène, etc.

Une sortie de crise difficile ?

@ Spech - Shutterstock

Le rebond du secteur du transport public après la crise est un sujet assez délicat qui a été abordé lors du congrès organisé au Meet de Toulouse Métropole. Beaucoup de secteurs ont subi les dégâts de la pandémie depuis le tout premier confinement en 2020. L’agglomération toulousaine a déploré une baisse de fréquentation des transports en commun à hauteur de 95 %, rien qu’entre mars et avril, pour le réseau Tisséo. Cette fréquentation a, certes, légèrement augmenté lors du deuxième confinement, mais les chiffres démontrent tout de même une baisse de 32 %. Aujourd’hui, il est difficile de dire que le rythme d’avant crise soit « revenu à la normale », et ce, partout en France.

Le président de Tisséo ingénierie et de Tisséo Collectivités, Jean-Michel Lattes, affirme que le nombre d’usagers progresse petit à petit en ville et que le retour des étudiants ne pourra que faire du bien aux transports publics. Il ajoute que chacun pourra découvrir les différents projets mobilités de Toulouse, pour ne citer que le téléphérique urbain Téléo, le renouvellement du parc bus (prévu jusqu’à 2025), la 3ème ligne de métro et le prolongement du tramway et de la Ligne B. Soulignons le fait que les investissements pour la mise en place de toutes ces infrastructures s’élèvent à plus de 4 milliards d’euros.

Le congrès permettra aux responsables et aux acteurs de la mobilité de confronter leur point de vue afin de se concentrer sur les pistes d’innovation possibles.

La politique tarifaire et les questions de sécurité évoquées

Tous les participants et acteurs majeurs du transport public à Toulouse ont pu lancer les débats sur la politique tarifaire, la sortie de crise et la sûreté des transports lors du congrès. Un salon a aussi été organisé en parallèle. En effet, lors des rencontres nationales comme celles-ci, les retours d’expériences ainsi que les échanges d’idées ne sont pas les seuls éléments du programme. Au total, le salon a hébergé 200 exposants (start-up ou PME spécialisés dans le commerce de produits ou de services liés au transport : désinfection des appareils, production de billetterie, sécurité informatique…). Ces derniers sont venus de tout le pays et de l’étranger.

Une attente impatiente de la participation de l’État

Le patron de Tisséo a souligné le fait qu’il est maintenant temps de passer à la vitesse supérieure en ce qui concerne les transports en commun. Il ajoute que la participation de l’État pourrait être la clé pour une relance efficace. Le congrès est une occasion rêvée pour discuter du « rééquilibrage des aides de l’État par rapport aux efforts qu’il déploie pour Paris ».

© Frederic Legrand - COMEO - Shutterstock

Non à la gratuité des transports

Contrairement à certaines villes, comme Dunkerque qui a mis en place un système de gratuité des transports, Toulouse a donné son point de vue : un refus catégorique de l’idée. D’ailleurs, ce système a été jugé complètement obsolète à Colomiers et a été rapidement remplacé par le réseau Tisséo (payant). La fréquentation des usagers a nettement augmenté, car l’offre proposée était parfaitement adaptée. Malgré la crise sanitaire et une relance économique au plus mal en ce moment, Tisséo tient quand même à rassurer les voyageurs : « une hausse de prix supplémentaires » n’est pas une option envisageable sur tout le réseau.

Un stand pour Tisséo

Tisséo a eu son propre stand lors du congrès du transport public à Toulouse. Deux visites techniques ont été programmées. La première a permis aux professionnels du secteur de découvrir le plus long téléphérique urbain du pays, Téléo. D’ailleurs, le chantier de ce projet est presque terminé. Par ailleurs, Tisséo a aussi présenté les œuvres d’art exposées dans le métro de Toulouse. Ce dernier est surnommé par beaucoup comme étant « la plus grande galerie d’art contemporain ».

Un programme chargé

Les Rencontres nationales ont proposé un programme concocté sur mesure pour marquer au fer rouge la reprise du dynamisme du secteur. Des ateliers ainsi que des séances plénières ont animé les journées du congrès et du salon. Par ailleurs, deux conférences ont particulièrement retenu l’attention des participants. Celle prévue le mardi 28 septembre portait sur les détails des épreuves traversées par le secteur durant la crise et les opportunités qui se sont présentées par la suite. La deuxième, organisée le jeudi 30 septembre, portait sur « l’ouverture à la concurrence des transports ferroviaires ».

La réunion de nombreux experts de mobilités en France

Ces rencontres ont permis de réunir sur trois jours le gratin des acteurs et des spécialistes des transports et de la mobilité. Parmi les figures politiques locales présentes lors du congrès, on citera Jean-Luc Moundenc (le maire de Toulouse), Carole Delga (la présidente de la Région Occitanie) ainsi que Jean-Michel Lattes (le président de Tisséo). Valérie Pécresse (la présidente de la Région Île-de-France), Jean-Baptiste Djebbari (le ministre délégué chargé des transports) ainsi que Bruno Bernard (le président de la métropole de Lyon) ont aussi participé à l’événement.

Quelques grands noms des sociétés de transports ont également honoré le congrès de leur présence. On notera, entre autres, la venue de Jean-Pierre Farandou (le président du directoire de la SNCF) ainsi que des dirigeants de Transdev et de Keolis.